DES PLANTES DANS LE SABLE

1. La végétation dans le désert

2. Des fleurs à croissance rapide

3. S’accrocher fermement

4. La lutte pour la conservation de l’eau

5. Les origines cachées des oasis

 


1. La végétation dans le désert   

        Le désert a toujours été une région inhospitalière, et par conséquent, les hommes pouvaient penser qu’il n’y avait pas de végétation dans ces lieux, et pourtant, c’était le cas. Comment ces plantes faisaient-elles (et font-elles) pour vivre dans de tels milieux ?
        En fait, elles ont essentiellement à lutter contre la sécheresse et les températures élevées. Elles doivent aussi accepter des sols très pauvres en humus Humus : substance provenant de la décomposition par les microbes du sol de débris végétaux et animaux.  mais particulièrement riche en sels (sulfates, chlorures, ...). Cette végétation dépend encore du relief : plateaux rocheux, montagnes, vastes étendues sableuses ou argileuses, vallées encaissées, et des influences climatiques (tempérées, tropicales, ...).

Euphorbe oursin.
Euphorbe oursin.


2. Des fleurs à croissance rapide   

        La plupart des plantes vivant dans le désert sont annuelles et poussent à partir de graines : elles ne résistent pas à la sécheresse et ne doivent leurs survies que grâce au peu de temps qu’elles passent à croître. La majeure partie de l’année, ce sont des graines dormantes. Elles sont dites éphémères car elles ne vivent réellement qu’un temps très court. Certaines d’entres-elles gardent leurs graines dans des cosses, au sommet des tiges séchées, mais la majorité les dispersent à la fin de leur courte croissance. Un nombre infini de graines sont produites chaque année. Celles-ci sont emportées par le vent, cuites par le soleil et enterrées dans le sol. Leur dormance peut atteindre 3 ans. Elles semblent alors presque desséchés, sans vie et en un grand nombre d’entres-elles sert de nourriture aux petits animaux du désert, mais tant de graines sont produites que certaines réussissent à survivre jusqu’à la pluie suivante. Dès que l’eau a pénétré dans le sol, les graines germent. Les pousses surgissent durant la nuit et, en quelques jours, le désert en est couvert. A la fin de leur croissance, ces plantes sont constituées d’une courte tige et d’une minuscule fleur. D’autres plantes éphémères, elles, grandissent plus et ont besoin, dès lors, de plus d’eau que n’en contient une seule averse. Elles retardent alors leur germination jusqu’à la seconde, voire la troisième pluie grâce à une enveloppe externe autour de la graine. Mais en quelques semaines, les plantes éphémères termineront leur brève vie annuelle, et le désert reprendra une apparence roussie, brunâtre.

Les fleurs de la fin de l’été dans le désert du Namib.
Les fleurs de la fin de l’été dans le désert du Namib.


3. S’accrocher fermement   

        D’autres végétaux que l’on voit souvent dans les déserts sont les plantes vivaces.
        A l’inverse des plantes annuelles, elles ne poussent pas chaque année à partir d’une graine : elles se reproduisent en développant de nouvelles pousses à partir de leurs propres racines. Au bout de plusieurs années, celle-ci forment un réseau large et complexe, et 85 % de la plante pousse sous terre. Ce système radiculaire permet à la plante de récolter beaucoup plus d’eau. De tels végétaux sont surtout importants dans les régions de déserts de sable, (ou ergs). En effet, ils aident à fixer la surface mouvante du désert. La plupart d’entre-eux peuvent développer des racines à partir de chaque élément recouvert par le sable. Dés lors, il est difficile de les étouffer totalement. Ils s’enracinent de nouveau et ouvrent leur chemin vers le soleil. Le sable et la terre portés par le vent s’entassent autour de la plante et sont unis par le système de racines enchevêtrées. De petits monticules (voir photo ci-dessous), atteignant 3 mètres de diamètres, se forment autour de ces plantes. Ils créent des abris et un environnement assez stables pour d’autres formes de vie déserticoles. Dans les parties les mieux abritées d’un erg, certaines plantes peuvent même s’accrocher à la crête d’une dune. Pendant un temps très court, elle peut réussir à fixer le sol, mais finira par être engloutie par le sable mouvant.

Le sable s’entasse autour des racines des plantes vivaces.
Le sable s’entasse autour des racines des plantes vivaces.


4. La lutte pour la conservation de l’eau   

        Il existe une autre solution, pour permettre la survie des plantes dans une région sèche, qui consiste à absorber un maximum d’eau lorsque celle-ci est disponible et à la stocker dans un tissu spécial, appelé tissu succulent. Les végétaux qui gardent l’eau sont nommés plantes succulentes. Les plus connues sont les cactus (famille des cactacées), dont il existe plus de 2000 espèces. Originaires d’Amérique du nord et du sud, certaines espèces ont cependant été introduites dans d’autres parties du monde (exemple : le Sahara) et y poussent maintenant à l’état naturel. Ces cactus peuvent absorber et stocker de grandes quantités d’eau. Souvent, ils ont des racines profondes qui s’étendent sur une grande zone. Après une averse, un gros cactus peut absorber jusqu’à une tonne d’eau, grandissant jusqu’à ce qu’il ait une apparence tendue et gonflée. Durant les mois séparant deux averses, il se recroqueville au fur et à mesure que l’eau est utilisée, jusqu’à ce que sa surface extérieure soit complètement ridée.

descriptif cactus
Schéma du système de conservation de l'eau chez les Cactacées


5. Les origines cachées des oasis   

        Il existe des lieux où l’on croise presque toutes ces sortes de végétation (plus de nombreuses autres) : les oasis. En effet, aucun désert n’est totalement déshydraté : il existe toujours une nappe d’eau souterraine mouvante. La plus grande partie des précipitations constitue les cours d’eau, mais une petite portion s’infiltre dans le sol et s’enfonce jusqu’à ce quelle rencontre des roches poreuses. Le liquide peut se déplacer à travers les pores. Le suintement peut-être bloqué par l’intrusion de roches imperméables rompant la continuité de la couche poreuse; si la nappe est libre, l’eau remonte sous l’effet de la pression hydrostatique Pression hydrostatique : pression qu’exerce l’eau sur la surface d’un corps immergé.  le long de la faille jusqu’à la surface (premier schéma). En d’autres endroits, l’érosion peut avoir abaissé suffisamment le niveau du sol pour que la nappe phréatique débouche à l’air libre (deuxième schéma). Ainsi se forme les oasis qui changent des morceaux de désert en coins de paradis.

origine oasis 1
Premier schéma.
origine oasis 2
Deuxième schéma.


Le Climat Désertique .

 Des Insectes Aux Reptiles